Terres enfumées

L’enfumage de nos jours découle à la fois des cuissons primitives (qui permettent de cuire l’argile en la transformant en céramique) et du raku occidental (en décorant une pièce déjà biscuitée grâce aux effets de la fumée). Cette panoplie de méthodes favorise la créativité artistique en encourageant une improvisation et une recherche expérimentale aux interprétations infinies. De nos jours, l’enfumage est davantage une technique décorative sur biscuit. Ce sont des techniques versatiles (meule, fosse, cazette, four à sciure, four papier…pour les enfumages longs) avec un nombre infini de variables impliqués, développées notamment par les céramistes américains dans les années 70 et qu’ils ont nommées techniques de cuisson alternatives, où il s’agit de sortir du four… pour entrer dans le feu!

« La cuisson ne se faisait pas du tout dans un four: c’était un tas de bois en feu! Et on couvrait les flammes de cendre pour qu’elles ne chauffent pas et ça fumait. C’est parce qu’il n’y avait pas trop d’air que les pots noircissaient. Tout dépendait surtout de la volonté du vent et de celle du feu. » (Bernard Leach, 1952 à Santa Fe)

(Aujourd’hui on peut pratiquer l’enfumage… sans forcément produire de fumée, en adaptant les techniques!)